Retraite : quel est l’impact de la fin de l’ASS aux futurs retraités ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

L’allocation de solidarité spécifique (ASS) s’adresse aux chercheurs d’emploi qui n’ont plus leurs droits au chômage. Seuls les candidats qui ont des revenus mensuels moins de 1 271,90 euros par mois peuvent prétendre à cette aide. Malheureusement, le Premier ministre vient d’annoncer la fin de cette prestation sociale.

A part le plafond des revenus, l’allocataire de l’ASS doit avoir eu une activité professionnelle pendant une durée supérieure à 5 ans sur les 10 ans qui ont précédé la fin de son contrat de travail.

Du coup, pour les 320 000 sans-emplois qui obtiennent l’ASS, Gabriel Attal vient de prendre une décision qui ne devait pas avoir de l’impact chez les anciens bénéficiaires du RSA. Il va ainsi y avoir une « bascule de l’ASS au RSA et la suppression de cette allocation ».

Mais la suppression de l’ASS peut avoir des conséquences sur le long terme. En effet, les départements qui se chargent de la distribution du RSA peuvent voir le nombre des allocataires en hausse.

Rappelez-vous, le montant du revenu de solidarité active (RSA) s’élève à 607,75 euros par mois pour une personne seule. Quant à l’ASS, son coût est de 18,17 euros par jour, soit en moyenne 552,67 euros par mois. Le versement de cette subvention se fait durant 6 mois et cette période est renouvelable.

Quelle est la conséquence de cette mesure sur les retraites ?

Les départements qui assurent la gestion des versements du RSA vont être impactés par cette fin tout comme les retraites. En effet, grâce à l’ASS, il est possible de faire une cotisation des trimestres de retraite à hauteur d’un pour 50 jours d’indemnisation. Cette aide permet aussi d’obtenir des points pour la retraite complémentaire Agric-Arrco. Ce sont des avantages qui ne s’obtiennent pas avec le RSA.

Les bénéficiaires de l’ASS qui vont changer vers le RSA vont ainsi avoir des impacts sur leurs pensions de retraite. Claude Wagner de la CFDT retraités déclare : « Cela vous pénalise donc sur votre âge du taux plein. C’est un coup bas pour les chômeurs de longue durée ».

En ce qui concerne le RSA, le Premier ministre a précisé que l’Etat va renforcer les conditions d’indemnisation du chômage. Voici son explication : « Nous devons inciter toujours plus à la reprise du travail, et je serai extrêmement attentif à l’évolution de la trajectoire financière de l’assurance chômage ».

Grâce à toutes ces mesures, le gouvernement français a pour objectif d’économiser pas moins de 440 millions d’ici 2027.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.