Impôt sur le revenu : on connaît les nouveaux taux de prélèvement pour 2023

Mis en ligne le
par Valérie Rouzaud

D’importants changements se préparent pour 2023 concernant l’impôt sur le revenu. En effet, le ministère de l’économie prévoit d’instaurer de nouveaux seuils de tranches pour ce dernier.

Pour la nouvelle année, l’État a instauré de nouveaux barèmes concernant l’impôt sur le revenu. Ainsi, on connaît les nouveaux taux de prélèvement pour 2023.

Impôt sur le revenu : de nouveaux seuils de tranches en 2023

D’importants changements se préparent pour 2023 concernant l’impôt sur le revenu. En effet, le ministère de l’économie prévoit d’instaurer de nouveaux seuils de tranches pour ce dernier. Cela permettra de classer les foyers dans telle ou telle tranche de l’impôt sur le revenu. Ainsi, les 4 premières Tranches Marginales d’Imposition ou TMI ont respectivement un taux relevé de 11%, 30%, 41% et 45%. Cela a pour but de “neutraliser les effets de l’inflation.

En somme, il s’agit d’un changement à la hauteur de 5,4% prévu par la loi des finances pour 2023 (PLF). Ce chiffre s’apparente au taux d’inflation hors tabac. De ce fait, cela peut occasionner un régressement de tranche pour de nombreux administrés. Pour les chiffres, la tranche de 11% passe de 10 225€ à 10 777€. Celle de 30% passe de 26 070€ à 27 478€. La tranche de 41% passe de 74 545€ à 78 570€. Celle de 45% passe de 160 336€ à 168 994€. Il s’agit là des différences constatées en un an.

Cette mesure sert d’amortissement des impôts à payer pour l’an prochain. En effet, les foyers auront la possibilité d’économiser quelques centaines d’euros sur leurs impôts avec ce changement de tranche. Toutefois, il faudra qu’ils ne connaissent pas non plus d’importantes revalorisations salariales durant ce temps. Cependant, cette mesure permet toujours de payer moins qu’avant le changement des tranches.

Vers un petit allègement des impôts pour les foyers en 2023

On rappelle que cette aide a pour objectif de “neutraliser les effets de l’inflation sur le niveau d’imposition des ménages.Sa mise en place nécessitera plus de 6,2 milliards d’euros de la part des finances publiques. Il s’agit là d’une note conséquente accompagnant d’autres dispositifs déjà instaurés auparavant. Ces derniers visaient à aider les entreprises face à la crise occasionnée par la pandémie de 2020. Ils ont également pour but d’alléger les effets de la crise de l’énergie ayant pénalisé les foyers en 2022.

Par exemple, on a déjà vu des aides concernant le carburant avec des remises à la pompe jusqu’à 30 centimes. Cette mesure d’une durée de quelques semaines a coûté près de 8 milliards d’euros à l’État. Dans la foulée, l’aide exceptionnelle de 100€, pour aider les travailleurs, prévue pour 2023, a déjà un coût de près d’1 milliard d’euros.

Toutefois, ces mesures tendent tous à aider la population à surmonter l’inflation qui se poursuit jusqu’à maintenant. Cette dernière vient de la guerre en Ukraine, des tensions dans le Pacifique et des événements récents autour de l’énergie. Pour sa part, Bruno Le Maire a déclaré lors de la présentation du PLF 2023 : “notre priorité absolue, je le redis donc, est de faire reculer une inflation qui restera à un niveau élevé dans les mois qui viennent, de l’ordre de 6%, avant de revenir autour de 4% dans le courant de l’année 2023.

À propos de l’auteur,
Valérie Rouzaud

Passionnée par l'écriture et le digital, je suis tombée dans la marmite de la rédaction depuis 8 ans déjà. J'aime décrypter les actus et j'ai surtout de l'attrait pour l'actualité people et le monde de la télé-réalité.