Sa nouvelle voisine débarque avec 900 poules pondeuses, elle craque et prend une avocate !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Jacqueline, propriétaire d’une résidence secondaire dans le village de Saint-Ours en Savoie, est complètement épuisée. Elle est en conflit avec sa nouvelle voisine qui s’est installée avec 900 poules pondeuses. La cause est simple : le bruit généré par les animaux.

Cette affaire datait de 2021. Alors que Sandrine est en pleine reconversion professionnelle, elle a décidé de poser ses valises dans la commune rurale de Saint-Ours (Savoie). Cependant, elle n’est pas venue seule avec un élevage de 900 poules pondeuses.

Si le début de son installation a été très calme, un conflit de voisinage va compliquer va vie d’agricultrice.

Jacqueline a pris la décision de contacter une avocate

En effet, Jacqueline reproche à ces 900 volailles d’être trop bruyants. Elle explique que : « Cette exploitation se situe à 50 mètres de chez moi ». Cette femme déjà propriétaire d’une résidence depuis 30 ans se plaint de ne pas supporter les bruits des pensionnaires.

Elle affirme que : « Au printemps et pendant l’été, les poules caquetaient de 7h à 14h, s’arrêtaient un peu et recommençaient de 16h au coucher du soleil ».

Face à cette situation, les deux voisines ont cherché une solution à l’amiable pour résoudre ce problème. « J’ai parlé à Sandrine, qui m’a dit qu’elle ne pouvait rien faire, alors j’ai parlé à son père qui m’a dit la même chose explique Jacqueline qui a finalement décidé de durcir le rapport de force : Ne me sentant pas écoutée, j’ai décidé de prendre une avocate ».

L’éleveuse de poules confirme en partie la version de Jacqueline : « On en a discuté calmement afin de savoir si j’avais des solutions à apporter. J’ai essayé de calfeutrer les fenêtres pour que ce soit un peu plus sombre car la lumière excite un peu les poules (…) J’ai tenté cela et elle m’avait dit qu’elle reviendrait vers moi si cela ne suffisait pas. Mais elle ne l’a pas fait car j’ai reçu un courrier de son avocate qui stipulait que j’avais un mois pour arrêter le bruit de mes poules ».

Si Jacqueline est combattive face à cette situation, c’est parce que ces nuisances sonores ont des effets sur sa santé : « Je suis sous médicaments ».

200 villageois soutiennent Sandrine et ses poules

Ce conflit de voisinage a fait beaucoup de bruits dans le village. En effet, la population a porté son soutien à l’éleveuse de poules afin de défendre les circuits courts.

Pour ce faire, la population a organisé un rassemblement de soutien à Sandrine qui a réuni environ 200 personnes. Une habitante se confie : « C’est important de soutenir le commerce local, c’est ce que l’on cherche quand on vient vivre à la campagne ».

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.