Pourquoi les cigarettes coûtent plus cher dans ce département français ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Pour cette année, les coûts des cigarettes ont encore augmenté en France. Mais en Corse, les prix ont connu une hausse plus importante. Et pour cause, les changements qui concernent le statut fiscal de l’île.

En France métropolitaine, le prix du tabac a augmenté de 50 centimes à un euro environ. Mais en Corse, cette hausse est plus considérable. En effet, le prix d’un paquet de cigarettes de 20 tiges de 8,40 euros est passé à 9,80 euros. Cette différence de prix est due à un rattrapage fiscal de l’île de beauté.

En effet, le coût des cigarettes était 25% moins cher en Corse car ces produits ont eu des abattements fiscaux remarquables dans le passé.

La fin du statut fiscal dérogatoire de la Corse est proche ?

Pour parler de cette différence, il faut aller en 1811 où un décret de Napoléon Bonaparte accordait à la Corse un statut fiscal dérogatoire.

Comme le coût des cigarettes était moins cher en Corse qu’en France métropolitaine, l’Inspection générale des finances évaluait que ce statut fiscal dérogatoire provoquait une perte annuelle de 26 millions d’euros, selon un rapport qui sortait en 2018.

Ce même rapport indiquait que : « les décès par cancer du poumon sont de 25,7 % plus importants en Corse qu’en France continentale ».

Face à cette situation, le Projet de loi de finances de 2020 a remis en question ce statut spécifique du tabac en Corse. La solution prise est donc de faire un rattrapage fiscal progressif.

Cette mesure a pour objectif de rendre plus hamonieux les tarifs entre la Corse et la France métropolitaine d’ici 2025.

Une augmentation de prix qui fait doûter la plupart des buralistes

Pour les buralistes de l’île de beauté, cette hausse des coûts du tabac n’est pas du tout une bonne chose. José Olivia, président des buralistes corses, a affirmé que les bureaux de tabac allaient « à la catastrophe » en éliminant l’équilibre économique de près de « 800 familles ».

De son côté, Michel Castellani, député Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT) de la Haute-Corse, pense que le statut fiscal dérogatoire de la Corse se présente comme un réel « avantage (…) qui favorise l’augmentation du volume des ventes durant les périodes touristiques ».

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.