France : le numéro un mondial des impôts

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

La France dépasse la Norvège et l’Autriche avec un montant de prélèvements obligatoires de 46,1% du PIB en 2022.

D’après l’édition 2023 des « Statistiques des recettes publiques » publiée par l’OCDE, la France a repris sa place numéro un mondial des impôts. Le taux de prélèvements obligatoires ou PO de 45,2% du PIB en 2021 est passé à 46,1% en 2022.

Elle a destitué le Danemark, l’ancien champion du monde qui a fait beaucoup de progrès l’année dernière. Le pays a enregistré une diminution remarquable d’un taux d’imposition de 5 points de PIB à 41,9%.

Cela est dû « essentiellement du fait de la contraction des recettes de l’impôt sur le revenu » selon l’OCDE. Désormais, le Danemark se positionne au 7ème rang mondial.

Derrière la France, il y a la Norvège classée à la deuxième place des pays les plus imposés en 2022. En comparaison à 2021, le taux est devenu 44,3%. Et pour cause, un saut des recettes de l’impôt sur les sociétés (IS) découlant des bénéfices exceptionnels effectués par les entreprises du secteur de l’énergie.

Avec un pourcentage PO/PIB de 43,1 %, l’Autriche occupe la troisième marche du podium. La Finlande (43 %) et de l’Italie (42,9 %) se trouvent juste derrière.

Le Mexique enregistre le taux le plus bas des pays de l’OCDE

Parmi les 38 pays de l’OCDE, le Mexique possède le taux de prélèvements obligatoires le plus bas à 16,9 % du PIB. Il est suivi par la Colombie (19,7 %), la Turquie (20,8 %) et l’Irlande (20,9 %).

Si on fait la comparaison, ce pourcentage s’établit à 27,2 % en Suisse, 27,7 % aux États-Unis, 35,3 % au Royaume-Uni et 39,3 % en Allemagne.

En moyenne, le coût des impôts équivaut à 34% du PIB dans la zone OCDE en 2022. On a constaté un recul de 0,2 point à cause notamment des baisses des taxes sur l’énergie pour faire face à l’essor des cours.

La diminution observée en 2022 est l’effet des deux années d’augmentation successives pendant la pandémie de Covid-19. C’est + 0,2 point en 2020 et + 0,6 point en 2021.

Sur le long terme, le rapport impôts/PIB se trouve en hausse spectaculaire dans les pays de l’OCDE. En 1965, le taux de 24,9% est passé à 34% en 2022.

Durant cette période, la France a enregistré une hausse de 13 points (de 33,4 % à 46,1 %). Quant aux États-Unis, ils ont connu une petite augmentation de 4 points (de 23,5 % à 27,7 %).

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.