Des centaines de voitures en panne après un plein dans les stations Leclerc : la cause de cette défaillance

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Les témoignages d’automobilistes en panne s’accentuent après avoir fait le plein dans les stations-service de Leclerc Sainte-Eulalie ou Talence, près de Bordeaux. La station d’Ambarès s’additionne aussi à cette liste. Le carburant a-t-il été coupé à l’eau ?

Pour ces automobilistes, le passage à la pompe a été une expérience très désagréable. Le 28 mars dernier, Flavien Blais, habitant de Carignan fait une halte à la station-service Leclerc de Sainte-Eulalie, à proximité de Bordeaux pour prendre du gazole pour sa voiture. Le lendemain de ce plein, sa voiture a connu un dysfonctionnement.

Voici son explication : « J’avais un problème de démarrage. Mon véhicule n’avait plus du tout de puissance. Je l’ai emmené chez le garagiste, et là, surprise, il m’annonce qu’il y a 30 % d’eau dans le gazole. La pompe à injection et les injecteurs étaient foutus ».

Après constat des dégâts, il a fait une réparation qui coûte 3 500 euros. Il a ajouté que : « Pour un plein à 73 euros de gazole, ça fait mal… ».

Beaucoup d’automobilistes se sont plaints d’une facture de réparation salée

Après avoir fait le plein dans ces stations, beaucoup d’automobilistes ont été dans l’obligation de passer chez un garagiste à cause d’une panne inattendue. Les frais de réparation s’élevaient entre 500 et 3 500 euros.

Il y a eu même une création d’un groupe Facebook qui a recensé tous les témoignages. Cela a pour objectif de faire pression à l’enseigne Leclerc pour avoir un dédommagement convenable.

L’une des victimes a relayé à Sud Ouest : « Leclerc nous a demandé de remplir un formulaire de réclamation. On a ouvert des sinistres auprès de nos assurances, mais on n’a aucun retour de l’enseigne ».

Les sinistrés ont également bloqué la station pour exprimer leur mécontentement face à cette situation.

Des cuves « vieilles » et « mal entretenues » en cause ?

Selon un salarié de l’enseigne, « Le gazole des stations Sainte-Eulalie et Ambarès contient d’importantes quantités d’eau ».

Il a expliqué que : « Les cuves sont vieilles et mal entretenues. Celle de Talence n’est même pas aux normes. Il peut y avoir des infiltrations d’eau ou des dépôts dans le fond ».

Actuellement, E.Leclerc confirme que « des analyses externes approfondies sont en cours afin de comprendre les problèmes rencontrés ».

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.