Confidence d’un ancien hacker : il a avoué avoir gagné 1 million d’euros grâce à la fraude

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Florent Curtet était le célèbre auteur de “Hacke-moi si tu peux” (ed.Cherche-Midi) avant qu’il ait été arrêté par la CIA. En effet, le hacker professionnel a toujours fui la police mais n’a pas pu aller plus loin dans son acte malveillant.

Le cofondateur de Hackers Sans Frontières a fait des aveux choquants, après avoir détaillé son histoire, son enfance, sa vie dans l’adolescence ainsi que sa passion pour les manipulations des systèmes de sécurité.

L’histoire de Florent Curtet

Un nom qui a marqué l’histoire de l’informatique, c’est Florent Curtet. Ce trentenaire était un amoureux de ce monde en particulier et s’est amusé à manipuler les systèmes de sécurité depuis son plus jeune âge.

L’auteur de “Hacke-moi si tu peux” a accepté de faire part de sa passion. Il en a profité pour raconter son histoire ainsi que son parcours dans le domaine de la cybercriminalité.

Il n’était pas comme les autres enfants. Au lieu de regarder les dessins animés, il a préféré s’intéresser aux ordinateurs. Il observait attentivement son père, lui-même ingénieur, taper le clavier.

Son père était son formateur et il a commencé à apprendre la création de programmes. “Mon père a compris que j’avais du potentiel. On a programmé des choses pour l’école. L’intelligence information s’est alliée à l’apprentissage classique. C’est pourquoi on a pu concevoir un programme innovant pour apprendre les tables de multiplication.

L’informatique a dépassé le stade du divertissement pour devenir une véritable passion. Lorsque le jeune homme était adolescent, il passait plus de 10 heures par jour devant l’ordinateur.

Révélation d’un ex-hacker : il a gagné 1 million d’euros grâce au piratage

Au fil du temps, le jeune homme s’est perfectionné toujours avec la soif de maîtriser ce domaine. Comme le dit le dicton : la curiosité est un vilain défaut. Florent Curtet est tombé dans le “black hat” et est devenu un hacker malveillant.

Il n’a pas usé de son talent ainsi que de son intelligence pour faire le bien mais pour déjouer les systèmes de sécurité. Son but était de gagner en popularité et de ressentir de l’adrénaline en faisant ce qui est interdit.

La mauvaise habitude a pris le dessus. Florent est allé trop loin. “En one shot, j’ai gagné 50 000 euros” a-t-il précisé. Il a multiplié les actes malveillants en fabriquant des cartes de crédit piratées ou encore de faux billets.

A ses 18 ans, il reçoit un mandat de perquisition au domicile de ses parents. Il a été poursuivi pour “intrusion dans un système automatisé des données” et “escroquerie en bande organisée”. Le verdict est tombé : il a écopé de deux ans de prison avec sursis et 80 000 euros de dommages et intérêts.

Qu’est-il devenu ?

Il joue aujourd’hui dans la cour des “white hat”. Il reçoit de nombreuses demandes des sociétés pour effectuer des tests d’intrusion.

Par ailleurs, il est le cofondateur de l’ONG Hackers Sans Frontières qui soutient les structures désireuses de protéger leur système d’information, sans forcément avoir le budget nécessaire.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.