Voici la démarche de Françoise Hardy pour ne pas faire payer à son fils des « droits de succession exorbitants »

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Françoise Hardy est décédée le 11 juin dernier. De son vivant, elle avait donné la nue-propriété de ses biens immobiliers à son fils, Thomas Dutronc. Une technique qui évite les frais fiscaux excessifs.

Françoise Hardy est décédée à l’âge de 80 ans. C’est son fils unique, Thomas Dutronc, qui a annoncé la mort de sa mère sur les réseaux sociaux.

Cependant, la chanteuse a tout programmé pour que son fils puisse devenir un héritier sans acquitter des droits de succession. On peut dire qu’elle s’est montrée prudente.

Fabien Lecoeuvre, chroniqueur musical, sur le plateau de Touche pas à mon poste sur C8, a expliqué : « Elle a tout organisé comme beaucoup de gens qui se savent condamnés à moyen-long terme. Elle a donné la nue-propriété, c’est-à-dire les murs de tous ses biens immobiliers, à son fils, et elle garde l’usufruit. Ce qui coûte cher puisqu’il y en a à peu près pour 6 millions d’euros de biens immobiliers ».

En effet, l’icône disposait une maison en Corse, un appartement à Paris et deux studios dans la capitale. Comme Thomas Dutronc est déjà le propriétaire des murs, il va devenir l’héritier sans payer des frais de succession.

Fabien Lecoeuvre a confirmé que Françoise Hardy « redoutait les successions d’Hallyday, de Delon, elle ne voulait pas tomber là-dedans ».

Méthode de Françoise Hardy : le nu-propriétaire devient plein propriétaire de manière automatique

Françoise Hardy a ainsi gardé le droit d’utiliser ses biens de son vivant et elle a aussi perçu les revenus jusqu’au jour de son décès. Les droits de donation se calculent sur la valeur de la nue-propriété, et non sur la pleine propriété et donc les frais ne sont pas élevés. Quand Françoise Hardy est décédée, il n’y a plus d’usufruit des biens.

Monetivia, une société experte en démembrement de propriété dans l’ancien, explique : « À la fin du démembrement, le nu-propriétaire devient automatiquement plein propriétaire. Il y a mécaniquement reconstitution de la pleine propriété sans aucune formalité ».

Monetivia met en exemple un couple de 52 ans qui a pris la décision de céder la nue-propriété de sa résidence principale évaluée à 800.000 euros à leurs deux enfants.

Cette nue-propriété a une valeur de 400 000 euros. Cela équivaut à 50 % de la valeur du bien si le donateur est âgé entre 51 et 60 ans.

Il n’y a pas ainsi de droit de donation à acquitter, car cette démarche bénéficie d’un abattement de 100.000 euros tous les quinze ans x 2 parents x 2 enfants. Ce qui donne la valeur de 400.000 euros.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.