Visiter l’Italie en voiture peut vous coûter cher : attention à cette « escroquerie » entièrement légale !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Visiter l’Italie à bord d’une voiture vous tente ? Sachez que c’est un voyage qui peut très vite tourner au cauchemar. Surtout si vous vous déplacez avec une voiture de location.

Beaucoup de passionnés du road trip préfèrent visiter l’Italie en voiture au lieu de prendre un avion. On peut explorer la beauté de ce pays en traçant un itinéraire spécifique. Cela vous permet de visiter plusieurs villes incontournables comme Milan, Florence, Pise et Rome.

Cependant, ce choix de visite peut rapidement vous ruiner à cause des amendes routières inattendues.

Ce voyageur français a vécu la plus mauvaise surprise de sa vie en visitant l’Italie. Il a reçu 700 euros de contravention suite à plusieurs amendes.

Ce visiteur a témoigné qu’il a été obligé d’acquitter la somme de 100 euros pour chaque entrée dans des zones à circulation restreinte (ZTL).

Il accuse une sorte d’« escroquerie » qui permet aux sociétés de recouvrement envoyant les factures et les relances d’en tirer profit.

Le système des ZTL italiennes est très compliqué et peut piéger les visiteurs étrangers. Sises dans les centres historiques, seuls les résidents et véhicules autorisés peuvent circuler dans ces zones.

Leurs surfaces et les horaires d’interdiction sont variables selon les villes et impossible de voir l’ensemble des ZTL du pays sur un site.

De plus, les touristes étrangers ne peuvent pas toujours traduire les panneaux blancs avec cercle rouge. Ils mentionnent « Zona a traffico limitato ».

60 Millions de Consommateurs alerte également ce dispositif très peu connu

Le magazine 60 Millions de Consommateurs a également alerté à cette forme d’escroquerie, mais entièrement légale.

L’infraction des automobilistes reçoit deux sanctions à l’entrée et à la sortie de la ZTL . Tout se fait via une caméra qui enregistre les plaques d’immatriculation non autorisées à entrer.

Comme il n’y a aucune alerte au moment de l’infraction, la note des contraventions peut vite monter étant donné que chaque amende coûte entre 80 et 200 euros.

Si les visiteurs louent une voiture, la situation peut s’aggraver. La raison est simple : les agences de location facturent plus de frais afin de dénoncer la plaque d’immatriculation de leurs clients à la police italienne.

Cela peut atteindre les 50 euros par amende. Si l’amende n’a pas été communiquée dans un délai qui dépasse les 12 mois, cela signifie qu’il est possible de ne plus la régler.

Pour échapper ainsi aux contraventions surprises, on vous recommande de laisser votre voiture dans un parking à l’extérieur de la ville. Les ZTL ne sont pas simples à repérer en Italie.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.

Laisser un commentaire