Un salarié chez Veolia et sa femme condamnés pour un trucage des compteurs Linky

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Un couple voulait « rendre service » mais ce n’est pas ce qui s’est passé. En effet, un salarié et sa femme sont passés devant la justice du Gard pour vol d’électricité. Cette technique illicite commence même à devenir courante sur le territoire français.

En effet, le salarié a conçu une dérivation d’électricité sur un compteur Linky pour alléger la facture électrique. Mais le prévenu se défend de cette accusation en assurant à la justice que son acte avait pour but de rendre service.

Mais la justice voit cette manipulation d’un autre œil. Voilà pourquoi, le salarié âgé de 37 ans a comparu le 7 juin devant le tribunal correctionnel d’Alès pour un trafic massif d’innombrables compteurs Linky.

En effet, cet acte de dérivation vise à diminuer à moitié les factures d’électricité des ménages vu la flambée des prix de l’énergie ces derniers temps. Pour réaliser cette manipulation, la personne facture ses clients entre 250 et 500 euros.

70 000 euros et une voiture de luxe

Sa femme aussi est passée devant les juges car elle a profité des revenus supplémentaires obtenus par cette forme de fraude.

Les enquêteurs ont fait la saisie d’un pactole de 70 000 euros sur leur compte en banque et une voiture de luxe Q7 d’une valeur de 30 000 euros.

Pour prouver la source de ces revenus, le couple a indiqué des aides venant « de diverses associations pour [leur] enfant handicapé ». Mais le Parquet les suspecte d’avoir vécu pendant longtemps « sur de l’argent liquide ».

Cette enquête a été initiée suite à une plainte d’Enedis. Cette dernière a reçu plusieurs signalements dans le Gard.

Vendredi 7 juin, le verdict est tombé. Le tribunal a inculpé le salarié à un an de prison aménagé sous forme de bracelet électronique. Il y a également une amende de 5 000 euros.

Quant à son épouse, elle est condamnée à trois mois de prison avec sursis avec 2 000 euros d’amende. Ils doivent aussi restituer la voiture ainsi que les 58 000 des 70 000 euros saisis par les enquêteurs.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.