Taxe foncière en hausse : préparez-vous à une facture salée

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Les valeurs locatives cadastrales, utilisées pour calculer la taxe foncière sur les biens immobiliers, ont été revalorisées de 7,1%. Cette augmentation s'applique de manière générale.

La taxe foncière connaîtra une augmentation d’au moins 7,1% partout en 2023. En plus de cette hausse générale, certaines communes ont décidé d’appliquer une augmentation supplémentaire, portant le montant de la taxe à des niveaux rarement atteints. Cette année, la facture sera encore plus lourde à supporter. Découvrez les raisons de cette augmentation et les conséquences pour les propriétaires.

Une hausse générale des valeurs locatives cadastrales

Les valeurs locatives cadastrales, utilisées pour calculer la taxe foncière sur les biens immobiliers, ont connu une revalorisation de 7,1%. Cette augmentation s’applique de manière générale. Ce qui signifie que même dans les communes où le taux d’imposition reste inchangé, les propriétaires verront leur taxe augmenter d’au moins ce pourcentage en 2023.

Chaque année, le calcul de la taxe foncière se base sur l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisée (IPCH). Précisément, il est mesuré entre novembre N-2 et novembre N-1. En 2022, l’augmentation était de 3,4%. Donc cette année, elle sera plus du double.

Des communes qui ne réduisent pas leur taux d’imposition

Dans le contexte actuel, les communes ne compenseront pas les hausses des valeurs locatives par une diminution du taux d’imposition local. En effet, les municipalités ont besoin de recettes fiscales. De plus, après la suppression de la taxe d’habitation, la taxe foncière reste leur principale source de revenus.

Ainsi, cette situation préoccupe les propriétaires immobiliers. Pour raison, ils devront supporter la hausse de la taxe foncière sans compensation par une baisse du taux d’imposition local.

Les communes augmentent leur part de la taxe foncière

De nombreuses villes ont décidé d’augmenter considérablement leur part de la taxe foncière. Cela crée une double peine pour les propriétaires. À Bordeaux, Metz ou Paris, les taux ont augmenté respectivement de 4,5%, 14,3% et même 51,9% ! Par exemple, à Metz, la hausse totale de la taxe foncière devrait atteindre 99,49 euros pour un appartement type de 50 mètres carrés, 129,40 euros pour un appartement de 75 mètres carrés et 163,16 euros pour un appartement de 100 mètres carrés.

Par contre, à Bordeaux, la hausse est estimée à 56 euros supplémentaires pour un appartement de 25 mètres carrés. De plus, certaines municipalités peuvent également augmenter d’autres taxes, telles que la taxe sur les ordures ménagères ou la taxe de prévention des inondations (Gemapi). Ce qui peut donc réserver de mauvaises surprises aux propriétaires.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.