Plan épargne retraite (PER) : pour quelle raison ce placement attire davantage les Français ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

La dernière étude du Cercle de l’Épargne et d’AG2R La Mondiale a révélé que les Français sont de plus en plus séduits par le Plan épargne retraite (PER) après l’assurance-vie et le Livret A.

Le Plan épargne retraite ou PER se trouve à la troisième position parmi les placements considérés comme intéressants par les Français.

C’est en tout cas le résultat de la dernière enquête « Les Français, l’épargne et la retraite » réalisée par AG2R la Mondiale et le Cercle de l’épargne.

Les enquêtés pensent à 57 % que ce produit d’épargne est très avantageux juste après le Livret A à 60 % et l’assurance-vie à 61 %.

Cela confirme que ce produit lancé il y a 5 ans a eu un énorme succès. Bruno Le Maire est l’initiateur de ce programme avec 10 millions de souscripteurs et 100 milliards d’euros d’encours.

Une méthode afin de « disposer de son épargne en fonction de sa situation »

Pierre Geinaert, président d’Amphitéa, co-auteur de l’étude évoque que si le PER a récolté un succès phénoménal, c’est surtout du fait de « la souplesse » de ce produit.

En effet, l’argent accumulé sur le PER peut se retirer sous forme de capital ou de rente. Le PER « rassure le souscripteur qui se dit que dans 20 ans, il pourra disposer de son épargne en fonction de sa situation ».

C’est donc cette souplesse qui séduit les personnes de catégories d’âge confondu à souscrire au PER.

Philippe Crevel, président du Cercle de l’épargne explique que « On voit que les Français ont une forte propension au capital surtout quand ils rapprochent de l’âge de départ à la retraite. Chez les jeunes, au contraire, il y a davantage une question de perception de revenus ».

Les Français s’inquiètent de leurs vieux jours

Beaucoup de Français choisissent aussi la souscription à un PER, car ils se font du souci pour leurs vieux jours. En moyenne, 47 % des retraités interviewés pensent que leur pension de retraite leur permettrait de vivre correctement à la retraite. Ce taux était de 54 % en 2023.

Cette statistique diminue jusqu’à 29 % chez les futurs retraités. Cela montre que l’anxiété est grandissante quand il est question de pouvoir d’achat à la retraite.

En ce qui concerne le PER, « c’est vraiment la logique retraite qui l’emporte avant la logique fiscale » d’après Philippe Crevel.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.