Linky : ce compteur intègre-t-il vraiment une caméra d’espionnage ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Le compteur Linky fait le buzz depuis qu’il est devenu obligatoire en janvier 2023. Depuis le 31 décembre 2021, Enedis a déjà fait l’installation de 34 millions de compteurs qui revient à 90% des clients.

D’ailleurs, si vous n’acceptez pas l’installation de ce petit boîtier chez vous, vous allez payer une amende élevée.

Cette obligation éveille beaucoup de soupçons et d’inquiétude auprès des utilisateurs. Est-ce que c’est une opération qui dissimule de mauvaises intentions de la part d’Enedis ou de l’état ?

Les utilisateurs suspectent la présence d’une caméra espion dans ce compteur obligatoire.

Compteur Linky : un outil de surveillance de la société Enedis ?

Bon nombre d’utilisateurs du compteur Linky sont actuellement dans un véritable doute. Pour cela, ils ont placé un morceau de scotch sur la diode du boîtier Linky.

La raison est très simple : ils pensent qu’Enedis espionne les maisons en plaçant une mini caméra directement dans le compteur. Le compteur Linky se présente-t-il comme un dispositif d’espionnage de la société Enedis ? La réponse est non.

Si vous constatez la présence d’une lumière qui s’allume de temps en temps sur votre compteur de couleur vert anis, ce phénomène est normal.

En effet, il s’agit d’une diode qui fait office d’indicateur de consommation et qui évoque que le compteur est en train de fonctionner.

Cette rumeur d’espionnage s’est manifestée suite à la parution d’un article parodique sur le site Science Info. Mais, rassurez-vous : ce compteur ne contient aucune caméra pour vous pister.

Lors de l’installation de ce nouveau dispositif dans les habitations, on a eu beaucoup trop de rumeurs qui disent que le compteur Linky n’est qu’un outil d’espionnage. Pourtant, ce n’est pas du tout le cas.

Ce petit boîtier ne cherche pas ni à voler vos données personnelles ni à vous faire du mal. A l’inverse, il est là pour vous donner un coup de pouce afin d’économiser d’électricité. Et son installation est devenue obligatoire.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.