Les retraités qui ont une assurance-vie sont dépourvus de frais de succession avant cette date précise

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard
publicité

Il existe une date limite en termes de fiscalité des contrats d’assurance-vie. Il faut ainsi la prendre en compte surtout les retraités ou encore les futurs retraités.

L’assurance-vie est réputée pour être un véritable paradis fiscal pour les épargnants. Un point qui est justifié en termes de droits de succession.

publicité

Du coup, l’assurance-vie reste ainsi un dispositif incontournable pour transmettre son patrimoine à ses enfants ou un héritier de votre choix. Il faut cependant dévancer ses versements et éviter quelques erreurs.

Les produits d’un contrat d’assurance-vie étaient autrefois soumis à une exonération d’impôts sur le revenu. Mais ce n’est plus le cas.

publicité

En effet, il y a d’abord les prélèvements sociaux au taux général de 17,20%. Puis, on mentionne également l’exonération d’impôts proprement dit avec un prélèvement forfaitaire de 7,5% pour les contrats ouverts depuis plus de 8 ans.

On peut ainsi dire que l’assurance-vie n’est pas très avantageuse depuis l’instauration de la flat-tax au taux global de 30%, incluant le prélèvement sociaux.

publicité

Cependant, en termes de transmission de patrimoine, l’assurance-vie offre des intérêts non-négligeables. Et ce, jusqu’à un certain montant d’épargne. En effet, cet outil de transmission touche les droits de succession après un décès.

Voici le principe de base : quand le titulaire du contrat est décédé, ce sont les bénéficiaires mentionnés sur le contrat selon ses souhaits qui vont profiter de l’épargne accumulée.

Pour ce faire, les sommes versées vont bénéficier d’une exonération des frais de succession et donc, les héritiers vont empocher ainsi le montant total de cette épargne sans payer des droits. C’est ainsi le principal avantage de l’assurance-vie.

Avant cet âge, les frais de succession sont gratuits

Cependant, pour obtenir cette exonération de l’assurance-vie, il y a une condition à respecter. Cette exonération concerne seulement les intérêts des montants versés avant l’âge de 70 ans. Plus précisément,il faut que le détenteur de compte ravitaille son contrat avant d’arriver à l’âge de 70 ans.

Ce qui veut dire que 70 ans est donc l’âge-limite à respecter quand on fait des versements sur un contrat d’assurance-vie.

En résumé, sachez que 70 ans constitue ainsi l’âge-limite qu’il faut absolument respecter quand on effectue des versements sur un contrat d’assurance-vie. C’est important quand il s’agit d’un investissement dans la perspective de transmettre son patrimoine.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.

Laisser un commentaire