La taxe est en hausse mais le prix du gaz stagne !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

L’un des impôts acquittés par les fournisseurs de gaz naturel appelé accise est en hausse depuis ce 1er janvier 2024. Le coût passe de 8,45 euros le mégawattheure à 16,37 euros.

Depuis le 1er janvier 2024, la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel ou TICGN va augmenter. D’un montant de 8,45 euros le mégawattheure (MWh), elle va passer jusqu’à 16,37 euros. Cette augmentation n’aura pas un effet aux consommateurs selon l’Etat.

Et pour cause, ce dernier a profité de la réduction des cours mondiaux pour faire une reconsidération de l’accise sur le gaz qui peut sévir certains produits.

Pour l’année 2024, le gouvernement peut dégager environ 1,9 milliard d’euros de recettes. Bercy précise que ce montant de la TICGN sera « intégralement reversé à la transition écologique et à l’accompagnement des ménages ».

En décembre, le tarif de référence publié tous les mois par la Commission de régulation de l’énergie (CRE) était de 123 €/MWh. Pour les trois mois à venir, le gouvernement envisage un tarif de référence à 114 euros en moyenne.

Il y a ainsi un recul de 9 euros mais le consommateur ne va pas en profiter. Les foyers qui ont choisi une offre à prix indexé ont pu bénéficier d’une baisse de facture. Mais c’est impossible à cause de la hausse de la taxe de 8 euros.

Une hausse déjà prévue

Quant aux ménages qui utilisent une offre à prix fixe, c’est-à-dire la moitié des abonnés, ils doivent endurer ce surcoût. Un foyer français peut consommer de gaz environ entre 11 et 12 MWh en 2022. Et donc, le surcoût à supporter est de 88 euros en moyenne par an.

Nicolas Goldberg, expert énergie chez Colombus Consulting, explique que : « Cette hausse de la taxe était attendue depuis l’annonce de la fin du bouclier tarifaire, en juillet. Elle revient à son niveau d’avant-crise ».

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.