Gagnez-vous assez d’argent pour être heureux ? Cette étude dévoile le montant idéal pour nager dans le bonheur

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Le 10 juin, l’Insee a divulgué une étude qui a annoncé un seuil à partir duquel l’augmentation des revenus ne dépend plus d’une hausse de la joie de vivre.

Dans le cadre d’une enquête intitulée « Bien-être ressenti et revenu : l’argent fait-il le bonheur ? », l’Insee a essayé de savoir si les gens gagnent suffisamment d’argent pour être heureux. Cette étude est disponible sur le site internet de l’institut.

Un « seuil de satiété » qui varie selon les revenus

Dans cette enquête transnationale, l’Insee met en avant le terme de « seuil de satiété ». C’est à partir de ce seuil que le revenu et la satisfaction dans la vie ne sont plus associés.

En d’autres termes, c’est le salaire au-delà duquel l’argent ne fait plus le bonheur. En France, ce seuil s’établit à 30 000 euros de revenus annuels par unité de consommation. Un montant défini par l’Insee selon l’âge et la composition du foyer.

En dépassant ce seuil, « il faut que les revenus soient multipliés par 12 » pour que les personnes enquêtées constatent une amélioration générale de leur bien-être.

Il faut savoir que chaque domaine détient un niveau de satisfaction différent. À titre d’exemple, le seuil intervient à 21 000 euros annuels concernant le sentiment d’insécurité, à 27 000 euros pour les loisirs ou à 35 000 euros pour la santé. Il arrive jusqu’à 37 000 euros pour avoir le sentiment d’être bien intégré dans la société.

Cependant, deux variables n’indiquent pas un seuil de satiété. C’est le logement et l’appréciation relative à l’emploi. Le niveau de satisfaction de ces deux domaines augmente selon la hausse des revenus.

Une satisfaction qui diffère selon l’âge ou le lieu de résidence

Cette recherche d’Insee démontre que ce seuil de satiété dépend de l’âge. Il est de 28 480 euros par an pour une personne âgée de 16 à 29 ans. Il arrive jusqu’à 32 000 euros annuels pour une personne de 67 ans et plus.

En outre, le temps libre contribue également à augmenter le niveau de revenus considéré comme correct. Les personnes en pleine vie active ont un seuil de satiété qui s’élève à 26 974 euros, contre 33 292 pour les retraités.

Puis, les salariés se divisent en deux : 29 224 euros pour les personnes travaillant 35 heures par semaine, contre 27 088 pour celles qui travaillent 50 heures et plus par semaine.

Enfin, l’étude prend en compte le lieu de résidence. Par exemple, une personne qui réside en Île-de-France possède un seuil de satiété à 31 950 euros. En revanche, une autre qui vit dans une zone moins urbaine l’établit à 26 600 euros annuels.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.