Electricité : nos meilleurs conseils pour éviter les pièges des factures mensualisées !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Pour payer les factures d’énergie, beaucoup choisissent la mensualisation. Cependant, ce type de paiement présente beaucoup d’incompréhensions.

La mensualisation est très courante. Près de trois clients sur quatre optent pour ce paiement de facture selon les informations des trois principaux fournisseurs d’énergie (EDF, Engie et TotalEnergies).

Elle se présente comme une solution efficace car le client obtient un échéancier avec des mensualités identiques pendant onze mois. Puis, à la fin de période, le fournisseur va évaluer la facture réelle de l’année.

Selon les mensualités déjà versées, il y a deux options : si le client a beaucoup payé, il va bénéficier d’un remboursement. S’il n’a pas assez payé, il est obligé de régler un complément.

Les fournisseurs peuvent ajuster les factures

La mensualisation a l’avantage d’avoir des paiements ajustés et d’éviter de recevoir des factures hivernales exorbitantes. Outre les erreurs d’index ou la présence d’appareils défectueux, la régularisation annuelle est essentielle surtout en cas d’un hiver très froid.

Cependant depuis mi-2021, avec la flambée du coût du gaz et de l’électricité, bon nombre de clients ont dû payer des factures annuelles astronomiques.

Ils sont dans l’obligation de payer des compléments élevés car les mensualités n’ont pas été suffisantes. On a pu éviter ces mauvaises surprises car les fournisseurs peuvent parfaitement ajuster les mensualités pour empêcher une telle situation.

En effet, l’installation des compteurs communicants, Linky pour l’électricité et Gazpar pour le gaz permettent aux fournisseurs d’avoir une idée de la consommation réelle des clients. Pour ce faire, le gestionnaire du réseau de distribution leur expédie une fois par mois un relevé de consommation.

Il est également possible de considérer les autorelevés réalisés par les clients qui choisissent  cette option. Grâce à cela, les fournisseurs peuvent comprendre l’évolution de la consommation à la baisse ou à la hausse ainsi que les tarifs. Ils peuvent ainsi connaître tous les éléments pour suivre l’échéancier initial. Mais apparemment, ils n’ont pas eu d’outils pour le faire.

Comment réagir face à une régularisation élevée ?

D’après Frédérique Feriaud, directrice générale des services du médiateur national de l’énergie : « Vérifiez si la consommation facturée correspond bien à la consommation réelle, il peut y avoir des erreurs sur les index ».

Elle ajoute : « Il faut aussi scruter les prix ». En effet, les prix peuvent indiquer s’il y a eu une forte augmentation. Puis, il faut aussi jeter un coup d’œil au montant de la mensualité. C’est nécessaire pour savoir s’il n’y pas eu une sous-estimation.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.