De lourdes sanctions attendent les Français qui coupent les haies et arbustes du jardin après cette date !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

C’est une réglementation que beaucoup de Français ignorent : tailler les haies et arbustes de leur jardin peut causer une lourde amende après le 15 mars.

Vous êtes un passionné du jardinage et vous consacrez beaucoup de temps à aménager et à prendre soin de votre espace vert ?

Oui, c’est une bonne chose mais il existe aussi des règles strictes à respecter dans le cadre du jardinage. Cette mesure spécifique en fait partie et elle va s’appliquer dès le 15 mars prochain.

Cela ne concerne pas les fruits et légumes que vous faites pousser mais les haies et les arbustes de votre jardin. En effet, il ne faut pas les tailler après le 15 mars pour cette raison particulière.

En principe, l’arrivée du printemps rime avec la nidification pour les oiseaux des jardins. Cela signifie qu’ils vont se reproduire. Pour ce faire, les jardiniers sont invités à respecter leur abri en évitant de tailler les haies. Cela permet de les rendre plus sereins tout en conservant leurs nids.

Ce n’est pas vraiment une interdiction, on parle plutôt de conseils de bon sens pour maintenir la stabilité de la biodiversité.

Interdiction de tailler la haie : une règle à connaître

Jusqu’à la fin de l’été, tous les jardiniers doivent suspendre toute taille de haies et arbustes dans les jardins. La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) conseille également de ne pas couper les arbres durant cette saison printanière.

La raison est simple, plusieurs variétés d’oiseaux ont recours aux fourches des branches pour fabriquer leurs nids. Il faut savoir tout de même que le non-respect de ces gestes peut causer des sanctions.

Pour les agriculteurs, sachez qu’il est entièrement interdit de tailler des haies du 16 mars au 15 août. Il s’agit d’un calendrier qui suit le Plan Stratégique National (PSN) pour la Politique Agricole Commune (PAC) 2023-2027.

Ce PSN offre aux agriculteurs des directives claires qui concernent les pratiques agricoles et les périodes de repos biologique des végétaux.

Quelle sanction en cas de non-respect de cette règle ?

Ceux qui essaient de contredire cette réglementation peuvent avoir de lourdes sanctions. Les peines peuvent aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende à cause de l’atteinte de la conservation d’espèces animales non domestiques et la destruction de leur nid.

Ce type d’infraction sera examiné par la police de l’environnement. Elle est représentée par les agents de la DDT et de l’Office Français de la Biodiversité.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.