Connaissez-vous l’escroquerie au « faux coursier » ? C’est une arnaque qui devient très populaire !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Les gendarmes d’Île-de-France ont compté près de 150 actes de ce genre en 2023. En effet, les fraudeurs se font passer pour des responsables du service anti-fraudes de votre banque et qui envoient un faux coursier pour récupérer votre véritable carte bancaire.

Comment ça marche ?

Un peu de ruse et beaucoup de bavardages, c’est la stratégie utilisée par les arnaqueurs au faux coursier. Dernièrement, ce type d’escroquerie commence à devenir très courant. Le principe des escrocs est simple : ils demandent à leurs victimes de leur donner leur carte bancaire avec leurs codes secrets.

C’est une variante plus sophistiquée de certains actes populaires déjà vus comme le SMS qui vous demande de payer votre amende en ligne car vous l’avez oublié. Là, vous cliquez tout de suite sur un lien apparemment crédible. Mais le but est juste d’avoir vos coordonnées bancaires en misant sur votre naïveté.

Pendant longtemps, les arnaqueurs se sont arrêtés là mais maintenant, ils ont changé de tactique. Le colonel Denis Hebinger qui commande la section de recherches de Versailles explique que : « Les escrocs vont faire la stratégie du bonimenteur, mais en se faisant passer pour le service anti-fraudes de la banque ». Puis, ils vont appeler les victimes peu après.

Le colonel poursuit : « Et l’affaire se conclut, ‘on va vous rendre service, vous êtes victimes d’une escroquerie, on va vous récupérer votre carte bancaire, et on va vous envoyer un coursier à cet effet’. Donc effectivement à ce moment-là, il y a le coursier qui arrive, qui va récupérer la carte bancaire glissée dans une enveloppe, conformément à ce qu’avait dit le faux conseiller bancaire, et la carte bancaire s’en va avec bien souvent le code à l’intérieur ».

Les voleurs cherchent donc à retirer beaucoup d’argent au distributeur. Ils vont même convaincre leurs victimes de leur donner leurs codes de connexion à l’application bancaire de leur téléphone pour avoir plus d’argent sur leurs comptes.

L’utilisation du « spoofing »

On ne peut pas savoir si cette méthode marche vraiment car les statistiques exactes n’existent pas. Cependant, les gendarmes d’Île-de-France ont dénombré près de 150 faits de ce genre en 2023 avec un dommage de 500 000 euros.

Cependant, toutes les cibles ne tombent pas dans le filet des arnaqueurs car ces derniers savent que cela fonctionne au volume. Le colonel Denis Hebinger affirme que : « C’est un petit peu une pêche au chalut : vous avez laissé un millier de lignes, et, au bout d’un moment, il y a bien une dizaine de personnes qui va répondre à la fausse amende ».

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.