Comment avoir une retraite à taux plein sans travailler quand les trimestres sont incomplets ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Suivant l’année de naissance, il faut obtenir un certain nombre de trimestres pour toucher une retraite à taux plein. Pour ceux qui ne veulent plus travailler, cette démarche permet d’obtenir les trimestres manquants pour parvenir à une pension à taux plein.

Après la réforme des retraites, beaucoup de travailleurs doivent étendre leur carrière professionnelle afin de toucher une pension à taux plein.

Ceux qui n’arrivent pas ainsi à valider le nombre de trimestres requis ne peuvent pas gagner une retraite à taux plein. Ils doivent subir ainsi un abattement sur le montant de leur pension.

Cependant, il est possible de remédier à ce préjudice financier. Pour ce faire, les salariés peuvent choisir entre ces trois options :

  • Accepter de travailler jusqu’à l’obtention des trimestres manquants.
  • Différer son départ à la retraite jusqu’à l’âge du taux plein automatique fixé à 67 ans.
  • Racheter les trimestres qui ont fait défaut.

Rachat de trimestres : une option parfaite pour avoir une pension à taux plein

Pour parvenir à la durée de cotisation exigée sans être obligé de prolonger sa carrière, la meilleure solution est le rachat de trimestres. Cependant, il existe une limite du nombre de trimestres rachetables.

Dans le secteur privé, on peut accepter les années d’études supérieures, les stages étudiants et les années incomplètes en termes de cotisations. Les années d’études doivent être sanctionnées par diplôme tout comme les classes préparatoires aux concours des grandes écoles.

En ce qui concerne les stages, on parle de ceux réalisés dans un cursus d’études supérieures à compter du 15 mars 2015.

Enfin, les années incomplètes sont celles qui n’ont pas permis de valider 4 trimestres. Les causes sont nombreuses : temps partiel, missions d’intérim, emplois saisonniers, activité étudiante ou chômage non indemnisé.

Le rachat peut se faire dès l’âge de 20 ans et jusqu’à 67 ans. Et ce, dans la limite de 12 trimestres maximum. Quant au tarif d’un trimestre, il dépend de l’âge et des revenus.

Le site de l’Assurance retraite propose un simulateur. Il s’adresse aux salariés du privé, aux travailleurs indépendants (artisans, commerçants, chefs d’entreprise) et aux contractuels de la fonction publique.

Il vous offre une estimation précise du coût du rachat. Souvent, il faut prévoir un budget de près de 1 000 euros par trimestre. Un coût adapté aux jeunes actifs qui perçoivent une rémunération modeste.

Il faut savoir que les sommes dédiées au rachat des trimestres peuvent se déduire sur le revenu imposable.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.