Cette étude révèle que les femmes sont plus sensibles au froid que les hommes !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

En règle générale, les femmes ont peur du froid plus que les hommes. Ce phénomène de tolérance aux basses températures est dû à divers facteurs.

Les hommes et les femmes ne sont pas similaires quand il s’agit de la tolérance du froid. En réalité, les femmes sont plus frileuses que les hommes. Et ce sont des recherches scientifiques qui l’ont confirmé.

D’après ces études, les hommes sont à l’aise avec une température ambiante qui se trouve entre 22 °C et 24 °C contre 24,5 °C et 26 °C pour les femmes. Même si les chiffres ne sont pas trop différents, les deux degrés de différence évoquent déjà une question de confort entre les deux sexes.

Selon les explications de Dimitra Gkika, maîtresse de conférences en physiologie, divers facteurs montrent ces écarts de sensation. On cite notamment l’âge, le stress, la fatigue, le statut hormonal ou encore le métabolisme.

En conséquence, la thermogenèse (le mécanisme d’augmentation de la température interne) et la thermogenèse (la sensation de température externe) peuvent changer suivant l’influence des hormones.

Les hormones masculines ont beaucoup d’influence sur la sensation de froid

Selon les chercheurs scientifiques, la testostérone empêche la protéine-canal TRPM8 qui a pour rôle de détecter la température ambiante via les terminaisons nerveuses situées sous la peau.

Du coup, le taux de cette hormone dans le corps humain va évaluer sa capacité à ressentir la chaleur. C’est la raison pour laquelle les hommes plus âgés ont plus froid que les plus jeunes. La cause est simple, les taux de testostérone diminuent avec l’âge.

Chez la gent féminine, l’œstrogène rend le sang plus épais afin de l’empêcher de circuler facilement vers les extrémités. Il affecte aussi le noyau suprachiasmatique qui est une partie de l’hypothalamus contrôlant la thermorégulation.

Les femmes plus sensibles au froid

En outre, il y a également la libération de progestérone pendant l’ovulation qui fait augmenter la température interne d’environ 0,3°C à 0,7°C. Ce qui fait que le corps féminin est plus sensible au froid extérieur. C’est le cas également chez les femmes qui ont recours aux contraceptifs oraux.

Sachez que cette différence de sensibilité peut avoir des explications mécanistes. On parle des masses musculaires des hommes qui génèrent de la chaleur et les masses graisseuses des femmes qui ne produisent pas de la chaleur.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.