Cet avantage fiscal va être annulé dès le 1er janvier 2024 !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

A partir de 1er janvier 2024, la Loi de Finance envisage l’annulation de multiples avantages fiscaux. C’est le cas de l’ouverture d’un Plan d’Epargne Retraite (PER) pour les enfants mineurs.

Dans cet article, découvrez les détails de cette décision ainsi que les conséquences sur les contribuables.

Plan d’Epargne Retraite (PER) : un avantage fiscal très peu connu

Jusqu’à présent, l’ouverture d’un PER au nom d’un enfant mineur était possible pour profiter d’un impôt avantageux. Chaque année, on peut déduire des revenus imposables les sommes versées pour un plafond de 4 311 euros.

Voilà pourquoi, bon nombre de parents utilisaient le PER comme moyen légal pour épargner une partie de leur argent sans payer d’impôts.

Les changements réels à partir de janvier 2024

Toutefois, comme la Loi de Finance va entrer en vigueur dès l’année 2024, le gouvernement a pris la décision de supprimer cet avantage fiscal.

Pour cela, il ne sera plus possible d’ouvrir un PER pour un enfant mineur dès le 1er janvier 2024. Les PER qui existent déjà ne peuvent plus recevoir de nouveaux dépôts d’argent. Cependant, ils continuent de fonctionner et les sommes versées sont à l’abri des impôts.

Si vous souhaitez ainsi ouvrir un PER pour votre enfant mineur, vous devez le faire avant la fin de cette année 2023. C’est un moyen de faire des économies d’impôts sur les revenus des années antérieures tout en activant le montant de l’épargne accumulée.

Pour les parents qui ont déjà ouvert un PER au nom de leur enfant mineur, il faut faire une bonne réflexion au choix de la gestion du plan et au placement des fonds.

En effet, la suspension des versements en 2024 peuvent pousser certains parents à dénicher d’autres placements plus convenables à leurs besoins et à leur condition fiscale.

Quelles sont les meilleures alternatives à un PER ?

Face à la fin de cet avantage fiscal, les contribuables doivent connaître les autres options d’épargne qui peuvent répondre à leurs besoins.

  • L’assurance-vie : il s’agit d’un placement d’argent flexible et bénéfique sur le plan fiscal. Plus particulièrement en cas de rachat partiel ou total après 8 ans de détention.
  • Le Compte Epargne Logement (CEL) et le Plan Epargne Logement (PEL) : des placements entièrement sécurisés pour assurer le financement d’un projet immobilier.
  • Les solutions d’épargne salariale comme le Plan d’Epargne Entreprise (PEE) : il permet de bénéficier de l’abondement de son employeur ainsi que de l’exonération d’impôts sur les plus-values réalisées.
À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.