Ce supercondensateur à base de ciment promet des maisons autosuffisantes en énergie !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Des scientifiques du MIT ont conçu des supercondensateurs à partir du ciment pour stocker les énergies renouvelables.

Cette nouvelle technologie est capable de convertir les maisons en batteries. Elle peut même charger les véhicules électriques pendant qu’ils sont en déplacement.

L’un des plus gros défis de l’usage des énergies renouvelables comme l’éolien ou le solaire, c’est son système de stockage pour pouvoir en avoir durant la nuit ou lorsqu’il n’y a pas de vent.

Pour ce faire, des chercheurs scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont fini par mettre au point ce supercondensateur qui peuvent convertir les maisons en batteries. Les résultats de cette étude sont visibles dans la revue PNAS.

Pour créer ce dispositif, les experts ont associé deux matériaux très courants au quotidien : le ciment et le noir de carbone. A mélanger avec l’eau, ces éléments vont donner un supercondensateur grâce à la bonne conductivité du noir de carbone.

Quant à l’eau, elle va réagir avec le ciment et un réseau de passages se forme pour laisser migrer le noir de carbone. Il va ainsi avoir la création des fils dans des structures en forme de fractales.

Entre le noir de carbone et le ciment, on peut voir l’apparition d’une grande surface de contact.

Par la suite, le matériau va se renforcer dans un électrolyte standard, comme le chlorure de potassium. Quand deux plaques de ce matériau se relient, un supercondensateur va voir le jour.

Supercondensateur en ciment : les bâtiments et les routes peuvent se transformer en batteries

D’après les chercheurs, ce supercondensateur a une densité énergétique de 300 wattheures par mètre cube. C’est suffisant pour alimenter une ampoule pendant une journée et pas plus.

Cependant, en intégrant 45 mètres cubes de ce matériau dans les fondations, un bâtiment peut stocker 10 kWh d’énergie. C’est une quantité qui peut ravitailler quotidiennement de nombreux foyers.

Actuellement, les chercheurs ont mis en place des « piles bouton » d’un centimètre de diamètre et un millimètre d’épaisseur, capable de procurer un volt.

Cependant, dans l’avenir, ils souhaitent en fabriquer un modèle plus grand de 12 volts, afin d’atteindre une version de 45 m³.

Si cette technologie est capable d’alimenter les maisons, les scientifiques précisent que son intégration dans les routes peut aider à charger les véhicules électriques pendant qu’ils roulent.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.