Belgique : en vue d’une interdiction prochaine de l’utilisation des plateformes chinoises Shein et Temu ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Les plateformes populaires Shein et Temu seront bientôt interdites en Belgique. En cause, des pratiques qui ne respectent pas les normes commerciales européennes en vigueur.

Dernièrement, la Fédération belge de l’e-commerce a imposé des démarches rapides pour compenser les écarts entre les boutiques en ligne chinoises et européennes.

Les sites de vente en ligne Temu et Shein sont pointés du doigt car ils ne respectent pas certaines réglementations. Cela concerne notamment la protection des consommateurs, la sécurité des produits fournis, et surtout le niveau d’empreinte carbone élevée à cause de la production et la livraison des articles.

La Fédération belge du commerce en ligne exige l’équité pour tous

Les plateformes de vente en ligne chinoises qui sont présentes sur les marchés européens sont-elles respectueuses des régulations du marché en termes de protection des consommateurs et de durabilité ?

La réponse n’est pas affirmative. Voilà pourquoi, la Fédération belge du commerce en ligne, Becom, a demandé aux responsables politiques belges d’en finir avec les pratiques malencontreuses de ces deux sites réputés en Belgique.

Cette lettre dédiée aux autorités est formelle. Elle exige des règles équitables et sévères pour tous les vendeurs même hors des frontières européennes. Il faut aussi un contrôle plus strict.

Shein et Temu, des sites connus pour leur pratique controversée

Les plateformes d’e-commerce chinoises sont populaires pour leurs pratiques frauduleuses qui ne respectent pas les normes commerciales européennes.

Dernièrement, TestAchats et le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) ont réuni leur force pour dénoncer Temu. Cela concerne notamment la sécurité des produits.

Grette Dekocker, directeur général de Becom, explique la position de l’organisation : « Les plateformes et boutiques en ligne chinoises pénètrent le marché européen sans respecter pleinement les réglementations, créant ainsi des conditions de concurrence inégales ». Mais pas que.

Ces plateformes en ligne sont aussi accusées aussi de leur énorme impact environnemental. D’après Reuters, ces plateformes sont responsables d’un tiers des émissions du transport aérien longue distance.

Cela se fait durant l’expédition des colis vers les acheteurs du monde entier.

Ce qui veut dire l’empreinte carbone associée à ces achats est de taille. Cela va ainsi avoir des répercussions sur les différents combats déjà menés contre la reduction des émissions de gaz à effet de serre.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.