Avis à tous les automobilistes : écouter de la musique à fond au volant peut vous coûter cher !

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Beaucoup d’automobilistes ont l’habitude de conduire tout en écoutant sa musique préférée à fond. Pourtant, c’est une habitude qui peut vous encourir à de nombreux dangers. Décryptage.

D’après une étude réalisée par DEKRA Automotive en France sur LinkedIn, 59 % des conducteurs reconnaissent qu’écouter de la musique tout en étant au volant ont une influence sur leur comportement.

Ce sondage a également dévoilé que 53 % des automobilistes ont estimé que cela entraîne une baisse de leur vigilance.

Mettre la musique à fond n’est pas une pratique correcte

En effet, le Code de la route n’exige pas une limite sonore à ne pas excéder. Cependant, l’article R412-6 demande aux conducteurs d’être toujours vigilants.

« Tout véhicule en mouvement ou tout ensemble de véhicules en mouvement doit avoir un conducteur. Celui-ci doit, à tout moment, adopter un comportement prudent et respectueux envers les autres usagers des voies ouvertes à la circulation. Il doit notamment faire preuve d’une prudence accrue à l’égard des usagers les plus vulnérables ».

De plus, il faut respecter les autres usagers de la route. Sachez que rouler les cheveux au vent avec de la musique au maximum peut déranger les passagers des autres véhicules, les cyclistes et même les piétons.

Une amende de 35 euros à la clé

Le conducteur qui pousse la musique à fond à bord de sa voiture ne peut pas entendre les klaxons ni les autres sirènes des véhicules d’urgence. En cas de contrôle des policiers, tous les conducteurs qui font un excès de musique sont passibles d’une amende forfaitaire de 35 euros.

Selon toujours l’enquête DEKRA Automotive, les conducteurs peuvent suivre les rythmes rapides de la musique qu’ils écoutent. Et donc, ils vont avoir l’habitude d’appuyer plus fort sur la pédale d’accélérateur.

La musique à fond peut diminuer la vigilance au volant

L’étude annonce que 73 % des sondés écoutent de la musique pop/rock. Les restes se répartissent comme suit : 12 % de l’électro, 7 % de la musique classique et 7 % du disco.

Karine Bonnet, directrice générale de DEKRA Automotive SAS, précise que « les possibilités de se laisser entraîner par des rythmes rapides sont bien réelles ».

Elle ajoute que : « La musique est généralement un facteur d’amélioration de l’humeur, mais elle peut aussi réduire la vigilance au volant ».

Puis elle termine : « À des niveaux de volume élevés, elle peut détourner l’attention des événements de la circulation, surtout si les chansons sont associées à des émotions et à des souvenirs personnels. D’ailleurs, 14 % des répondants reconnaissent que cette écoute musicale a un impact sur leur sécurité ».

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.