Allocation aux adultes handicapés (AAH) : son montant va-t-il connaitre une baisse avec la PPV ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Après un combat de longue haleine, l’Association nationale des directeurs et cadres d’Esat (Andicat) a enfin gagné. Désormais, les travailleurs d’Esat ont droit à la prime de partage de valeur (ex-Prime Macron).

La prime de partage de valeur ou PPV est un appui financier pour lutter contre l’inflation et pour soutenir le pouvoir d’achat des Français très fragile. Actuellement, cette prime sera insérée dans les revenus à déclarer pour calculer l’AAH. Quels effets pour les travailleurs d’Esat ?

C’est un coup dur pour les travailleurs d’Esat ! En réalité, cette nouvelle mesure va avoir une conséquence sur le montant de l’allocation des adultes handicapés.

Pour avoir une idée des impacts d’une telle décision, il faut connaitre les différentes réformes appliquées à cette prime. La prime Macron est entrée en vigueur en 2019 pour protéger le pouvoir d’achat des Français.

Puis, elle est devenue la prime de partage de valeur (PPV) en 2022. Suite à l’adoption de la loi du 16 août 2022.

PPV : voici les changements majeurs pour certains bénéficiaires de l’AAH

Les travailleurs d’Esat ne touchaient pas encore cette aide au départ. Mais grâce au combat effectué par l’Andicat, ils font désormais partie des allocataires de cette prime.

Avant l’année 2024, les travailleurs d’Esat ont toujours perçu leur AAH de manière intégrale. La PPV n’était pas encore inclue dans le calcul de cette allocation.

Mais après la mise à jour le 22 décembre 2023 dans le Bulletin officiel de la Sécurité sociale (BOSS), il va y avoir une modification. Le montant de la prime aux adultes handicapés va prendre en compte de la prime de partage de valeur.

« À la différence des primes exceptionnelles déjà autorisées par la loi, la nouvelle PPV est incluse dans le revenu fiscal de référence et prise en compte dans les bases ressources pour le calcul des prestations sociales (y compris l’AAH, NDLR) », indique le BOSS.

Les travailleurs d’Esat saisit le ministère délégué chargé des personnes handicapées

L’association n’est pas du tout d’accord avec cette décision : « Surprise et indignée de ces dispositions qui vont à l’encontre des réflexions en cours qui visent à valoriser le travail (…). Cette prime qui était jusqu’ici fortement mobilisée comme levier par les Esat ne le sera plus ».

Pour ce faire, elle a décidé de mettre au courant le ministère délégué chargé des Personnes handicapées : « Nous espérons des éléments de réponse dans le rapport attendu fin janvier 2024 », indique Axelle Pruvot, directrice exécutive d’Andicat.

L’association espère que l’Inspection générale des affaires sociales et des finances (IGAS/IGF) va prendre en compte « de manière urgente de cette question et proposera des évolutions » face à cette situation.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne Parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celles de Netflix. Rédactrice pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et j'adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.