A qui revient la charge de payer la maison de retraite d’un parent ?

Mis en ligne le
par Ingrid Bernard

Le coût associé à la maison de retraite s’estime entre 1800 et 2500 euros par mois en moyenne. Il est tout à fait évident que ce tarif est supérieur au montant de la pension des seniors.

A titre d’information, les frais de santé et de dépendance sont à la charge de l’assurance maladie ainsi que des aides sociales.

La question qui se pose est : qui paie les frais de séjour en maison de retraite si la pension du parent ne peut pas l’assurer en intégralité ?

Zoom sur les conditions pour obtenir une subvention et qu’en est-il de la loi sur la solidarité familiale ?

Qui doit payer les frais associés à la maison de retraite ?

A titre d’information, il convient de bien distinguer les frais qui composent la maison de retraite. En effet, en premier lieu, il y a les frais de soins qui incluent les actes médicaux collectifs, le matériel dédié aux soins ainsi que l’achat des produits pharmaceutiques de base. C’est la caisse d’assurance maladie qui prend en charge le montant de ces dépenses.

Ensuite, il y a les frais de dépendance qui concernent les personnes à mobilité réduite ou en perte d’autonomie. Ces dépenses sont à la charge de l’allocation personnalisée d’autonomie pour les personnes évaluées en GIR 1 à 4. Pour les personnes évaluées en GIR 5 et 6, les frais sont à la charge de l’aide sociale à l’hébergement.

Qui dit prix d’une maison de retraite dit frais d’hébergement seul qui doit être payé par les parents. On peut citer le logement, la pension complète, les animations et l’entretien des locaux qui ne font pas partie des aides sociales.

Que faire si le parent ne peut pas se payer les frais liés à la maison de retraite ?

Pour être éligible à une inscription dans une maison de retraite, il faut évaluer le revenu total du parent concerné. Il est impossible de vendre son bien immobilier ou encore de compter sur son capital d’assurance-vie pour payer les frais d’hébergement.

Dans ce cas, la loi fixe certaines règles. Selon le Code Civil, l’entraide familiale est le premier recours possible. L’apport financier et matériel revient aux ascendants et aux descendants dans le cadre de l’obligation alimentaire, lien de mariage inclus.

Si la prise en charge des frais n’est pas encore assurée, le parent peut recourir à la subvention de l’aide sociale à l’hébergement.

Toutefois, il faut remplir certaines conditions comme : résider en France et être âgé de plus de 65 ans. Cela précède d’une validation du dossier et de la situation financière des ascendants.

À propos de l’auteur,
Ingrid Bernard

Ancienne parisienne exilée à Marseille, je suis fascinée par l'univers des séries TV, surtout celle de Netflix. Rédactrices pour plusieurs magazines francophones, je suis de nature curieuse et adore partager mon point de vue sur tous les sujets médiatiques.