Notre actualitéRetour >>

01/03/2012

OPERA A L’ARLEQUIN - LA BOHEME

LA BOHÈME

 

Opéra Italien en quatre actes De Giacomo Puccini

En direct du Théâtre Du Liceu de Barcelone

Mardi 13 Mars 2012 à 20h00

Acte I & II: 50 min. | | Entracte | Acte III: 23 min. | Entracte | Acte IV: 30 min.

 

Direction musicale | Víctor Pablo Pérez

Mise en scène | Giancarlo del Monaco

 

 

Distribution  

Mimi   Fiorenza Cedolins

Rodolfo   Ramón Vargas 

Marcello  Christopher Maltman

Schaunard  Gabriel Bermúdez

Musetta Ainhoa Arteta 

Colline Carlo Colombara

 

L’OPERA
Comme le néoréalisme a permis le renouveau du cinéma italien d’après-guerre, le Vérisme, version transalpine du naturalisme français, a su apporter un nouveau souffle à l’opéra italien de la fin du XIXe siècle. Et c’est bien cette modernité que Giacomo Puccini recherche quand, pour La Bohème, il fait appel aux librettistes Giuseppe Giacosa et Luigi Illica, tous deux issus de la Scapigliatura milanaise, une mouvance littéraire qui, depuis les années 1860, trouve en son existence pauvre et bohème le terreau d’un réalisme qui préfère les péripéties du quotidien aux tragédies antiques, le parler simple aux envolées lyriques, le sort des petites gens au destin des grandes familles. Leur collaboration, fructueuse, se poursuivra avec Tosca en 1900 et Madama Butterfly en 1904.
Le secret de La Bohème, cette intense poésie qui nappe un quotidien qui pourrait être sinistre, cette extrême émotion qui s’empare avec douceur des amants aux instants les plus tragiques de leur histoire, cet amusement complice qui accompagne les personnages pour alléger leurs épreuves et absoudre leurs frasques, tient au regard que Puccini porte sur sa jeunesse. La mémoire a le don d’abraser les aspérités. L’oeuvre, ses airs poignants comme ses anecdotes pittoresques, cède à cette nostalgie du temps perdu.

« Je ne vois personne qui ait décrit le Paris de cette époque aussi bien que Puccini dans La Bohème »    -    Claude Debussy 

En partenariat avec le Centre culturel italien et Altritaliani

 

ARGUMENT

 

Premier tableau

Rodolfo, Marcello, Schaunard et Colline, quatre artistes de la « bohème »,

partagent une mansarde insalubre. Rodolfo est poète tandis que Marcello, artiste peintre, entretient une liaison avec la belle et riche Musetta. Ils doivent payer le loyer alors qu’ils n'ont plus un sou. Afin de se réchauffer, ils brûlent le drame de Rodolfo, encore à l'état de manuscrit. Schaunard arrive et, ayant gagné quelque argent, déclare qu'il faut aller fêter leur bonne fortune au Café Momus. Le propriétaire, Benoît, fait son apparition afin de collecter le loyer. Les quatre amis le saoulent, afin de s’en débarrasser . Alors que ses trois amis sont descendus, Rodolfo est resté seul pour finir un article. Une voisine, Mimi, frappe à la porte et demande de l'aide car sa bougie s'est éteinte. Plongés dans l'obscurité, ils font connaissance et très vite, Rodolfo lui déclare son amour. L'acte se clôt par la sortie du couple dans un duo d'amour.

 

Deuxième tableau

Les amis apparaissent, au milieu d’une foule pleine de gaieté et entrent au Café Momus. Tandis qu'ils dînent au Café, Musetta, autrefois la maîtresse de Marcello, arrive avec un riche et vieux conseiller d'État, Alcindoro dont elle est lassée. Pour le plonger dans l'embarras, elle entonne une chanson osée. Après s'être débarrassée d'Alcindoro, elle tombe dans les bras de Marcello. L'addition est présentée aux protagonistes. Se rendant compte que l'argent de Schaunard ne suffit pas, Musetta, met l'addition complète sur le compte d'Alcindoro. Un bruit de soldats se fait entendre. Alors que les amis ont disparus, Alcindoro, enfin de retour, recherche Musetta mais ne trouve que le serveur lui présente la facture.

 

Troisième tableau

Une foule de camelots entrent dans Paris les barrières et parmi eux se trouve Mimì qui recherche Marcello. L’ayant retrouvé, elle lui raconte que Rodolfo l'a quittée cette nuit. Rodolfo arrive et Mimì se cache afin de l’écouter se plaindre à Marcello que Mimì ne cesse pas de jouer les coquettes. Mais, finalement, il avoue la véritable raison : il craint que sa compagne ne soit atteinte d'une maladie et, lui-même étant trop pauvre pour lui porter secours, il espère que sa rudesse va amener Mimì à chercher un autre homme, plus fortuné. Mimì, qui a tout entendu, ne peut s'empêcher  de révéler sa présence. Alors les deux amants chantent leur amour perdu et se promettent de ne se quitter qu’au printemps. Pendant ce temps, Marcello a rejoint Musetta, et le couple se dispute avec férocité.

 

Quatrième tableau

Marcello, Rodolfo, Schaunard et Colline partagent un dîner frugal dans la mansarde en faisant semblant d'être attablés à un mirifique banquet. Musetta survient et raconte qu’elle a retrouvé Mimi qui, ayant quitté le riche protecteur qu’elle s’était trouvée, se retrouve seule et malade. Musetta choisit de la ramèner dans la mansarde. Mimì est très affaiblie. Marcello et Musetta partent céder les boucles d'oreille de cette dernière pour acheter un remède. Colline va lui aussi mettre son pardessus en gage avec Schaunard. Seuls, Mimì et Rodolfo se rappellent leur bonheur passé. Les autres reviennent avec des remèdes et avertissent Rodolfo qu'ils ont appelé un médecin, mais Mimì est déjà évanouie. Alors que Musetta prie, Mimì meurt.

 

Prochains rendez-vous:

OTELLO | Mardi 10 Avril

Giuseppe Verdi - Festival de Salzbourg

Direction musicale | Riccardo Muti
Mise en scène | Stephen Langridge

Aleksandrs Antonenko | Otello
Marina Poplavskaya | Desdemona - Carlos Álvarez | Jago

 

CYRANO | Jeudi 10 Mai

Franco Alfano - direct du Teatro Real de Madrid

Direction musicale| Pedro Halffter
Mise en scène | Petrika Ionesco

Plácido Domingo | Cyrano
Doris Lamprecht |Soeur Marthe - Sondra Radvanovsky | Roxane

 

RIGOLETTO | Mardi 5 juin

Giuseppe Verdi - Opéra de Mantoue

Direction musicale | Zubin Mehta
Mise en scène | Marco Bellocchio

Placido Domingo | Rigoletto 

Julia Novikova | Gilda - Vittorio Grigolo | Duca di Mantova